Carpe Diem

10994633_10153705924384762_336897365_n

Wow. Another flashback in the olde world.

This is where it all started. This place was what turned us bunch of slackers into possibly better human beings.

It changed a few times and it’s still running today. I rarely go there now for some reason but it’s really one of the last few places left in that part of Lyon.

27 décmbre 2009

Q: vous avez pas mal de projets à côté des Rubiks, et j’aimerais également que vous me donniez les noms de ces autres projets

Andrew: à côté, je fais Duracell, Chewbacca, Ours Bipolaire et… ouais, c’est les trois trucs qui sont pour l’instant capable de jouer en concert, après, les autres trucs, ils restent encore dans le local

Poisson: Je joue dans Ned mais sinon rien de plus qui soit sorti du local… Sinon, j’ai topé de quoi joué un peu de musique traditionnelle turque mais pour l’instant c’est pas montrable…

Radix: Je joue aussi dans Kabu Ki Buddah, avec deux autres personnes, c’est le seul groupe que j’ai avec the Rubiks, c’est largement suffisant. Je fais pas mal de musique chez moi aussi, des trucs plus persos, après, je sais pas si ça verra le jour… un jour.

http://syrfox.wordpress.com/2009/12/27/interview-the-rubiks/

Image

თბილისი

Jérémy, Aurélien and me just got back from the Caucasus. We had an idea to make a movie there. Some kind of narrative fiction with just images, sound and music. Our first impressions is that we can’t wait to go back. I might sound silly but the friendliness and generosity of the people there as well as the sights and athmospheres is just nothing that we have over here. Thanks to everyone. Too many to name.

Image

 

Winter Squeeze

 

The Kommissar and I modestly tossed a bunch of improvisational beats recycled from our sets for a collaboration with two beautiful visual artists, Chloe Bonnard and Jérôme Dupré la Tour. That was last month in Lyon. We called it Winter Squeeze.

 

Loud band!

C’est un peu le bordel mais, en plus de la version trio de Sathönay que je fais avec François Virot et Léonore Grollemund, il m’est arrivé déjà plus d’une fois de jouer en version full band (mais je préfère loud band parce qu’en vérité on est pas complètement full) avec Agathe Max, Cyril M et Vince Cuny.

C’est pas la même chôse, là on est debout et on joue fort.

mg_0036-copy

MG_0003-copy

MG_0018-copy

MG_0056-copy

MG_0068-copy MG_0082-copy MG_0107-copy

Merci au photographe Rémy Ogez.

On a aussi enregistré un de nos concerts plutôt bien au Marché Gare à Lyon.

 

Triö

We started seriously playing as a trio and even recording. It’s unfinished for the moment but it should see the day of light sometime soonish.

The trio is François Virot on drums, Leonore Grollemund on cello and still myself on electric saz.

We’re leaving next week for hanging out and eventually jam in Berlin and play at the infamous ZORO fest in Leipzig.

See you there.

N

 

Burn Lyon Burn

f9029-liquidationtotaledegrrrndzero_27042013_flyer

« La ville de Lyon sera détruite …le nom de Lyon sera effacé du tableau des villes de la République. la réunion des maisons conservées portera le nom de Ville Affranchie … il sera élevé sur les ruines de Lyon une colonne qui attestera à la postérité les crimes et la punition des royalistes de cette ville avec la mention suivante : Lyon fit la guerre à la Liberté. Lyon n’est plus ».

C’est hallucinant combien l’idée d’écrire sur Grrrnd zéro m’est venue tard. C’est pourtant une évidence mais il est souvent très difficile de voir ce qu’on a sous les yeux, trop préoccupés que nous sommes à faire des plans sur la comète. Laurent a vraiment insisté sur le fait qu’il pouvait s’agir de n’importe quelle histoire, je ne sais vraiment pas pourquoi ce n’est qu’il n’y a si peu de temps que j’ai même réalisé que l’abandon, la destruction et la vente à un gros promoteur pour y bâtir des bureaux en béton et verre en simili-luxe, me touchait beaucoup. L’idée de cette fin funeste me rebutait bien sûr depuis toujours mais jusque là, ça n’avait rebuté que mon personnage de musicien/ activiste machin tout le bordel, pas mon coeur de simple être humain. D’un coup la fin s’est emparée de moi comme un vide, le genre de vide qui ronge, le vide palpable comme une terrible descente de psychotrope. Dinde froide. Quand la substance quitte le corps, l’ombre pernicieuse, les restes du réveillon. Dinde froide.

D’un coup les tags stupides sur les murs des chiottes acquérirent même une dimension nostalgique qui les fit passer de connerie crasse à explosion révolutionnaire adolescente (ou alcoolique). D’un coup on réalise qu’il y a tout à faire qui n’a jamais été fait, une cuisine digne de ce nom, un système de gestion des déchets efficace, de la déco… C’est finalement comme une histoire d’amour, on sait qu’il est bien trop tard pour recoller les morceaux mais il est toujours bien trop tôt pour partir.

Grrrnd zéro. Que dire sur ce pan de ma vie qui aura duré huit ans? Pour toutes les fois ou je me suis dit que j’étais resté 10 ans de trop dans cette ville et que j’aurais dû foutre le camp à 26 ans comme tout le monde, ce lieu me rapelle pourquoi je suis resté et combien à elle seule cette aventure aura compté comme les plus belles années de ma vie. Et pourtant combien de fois j’ai foutu le camp? Combien de fois j’ai juré, humilié, que je n’y foutrais plus jamais les pieds. C’est tout ça qui nous rend différents de ceux qui bossent dans les diverses structures culturelles avec salaire (parfois), rente de comptes (souvent) et responsabilité limitée. Chez nous les tables se renversaient parfois, volaient à travers la pièce et autant de fois c’étaient les fringues qui volaient à travers la pièce et les lattes du canapé qui volaient en morceau avant qu’on ait compris quoi que ce soit à ce qui se passait. C’était dûr à porter parfois, cette intensité mais pour rien au monde je n’aurais échangé ça pour un poste au smic dans une smac, avec un ancien punk un peu rangé comme directeur et un consensus entre la musique “reperée” et “repérable”.

Pour moi Grrrnd Zéro a commencé le 11 septembre 2004, d’où le nom. On était peu dans le groupe a avoir déjà ouvert un squat. On a pris beaucoup de conseils qui se sont révélés précieux. Merci à ceux qui nous les ont prodigués. La énième attaque en règle sur la scène underground pourtant en pleine effervescence à l’époque avait tout simplement fini de nous mettre en colère et de nous souder. Le Pez Ner, suivi très peu de temps après par le Kafé Myzik c’en était trop. Un soir de septembre on a cassé le verrou de la grille du 24 rue Clément Marot que j’ai toujours chez moi comme trophée, on a attendu le délai légal de quelques jours en croisant les doigts. NED jouait à Mulhouse à la date dite. On a bondi d’excitation en recevant le coup de fil de Cristina qui nous annonçait qu’ils étaient installés dans les lieux. Depuis l’intégralité de la palette des sentiments intermédiaires contenus entre le desarroi le plus aride à la joie la plus sauvage se sont succedés pendant plus de 8 ans. Pour finir je tiens à préciser que le premier concert au 24 rue Clément Marot n’a PAS été LIGHTNING BOLT mais bien la modeste tournée de MILGRAM, KITCHEN TOOL SET et ANATROFOBIA et que celui-ci a eu beaucoup plus d’importance a mes yeux…

Trois semaines plus tard le lieu n’est toujours pas détruit mais je n’ai toujours pas réussi à aller le revoir. Je ne pense pas que je le ferai. Je laisse les Killdozzers faire leur sale boulot. Qu’ils engloutissent sous un amas de gravats tous nos beaux souvenirs, ils resterons, eux, gravés dans nos mémoires. Une petite anecdote tout de même, post-nuits sonores. Notre salle qui avait écopé d’une interdiction d’accueil du public il y a deux ans a tout simplement servi de bar VIP. J’aurais bien aimé illustrer cet article d’une bonne vieille photo LOL ou des VIP endimanchés se prennent en photo devant nos murs tagués et affichés en trouvant ça trop trash rock n’roll. Bon j’ai pas trouvé mais j’ai pas beaucoup de patience sur google image non plus. Si vous en trouvez une envoyez-la moi!

Pour finir je taille dans le vif et recopie pêle mêle quelques mots de la dernière newslettre de Grrrnd zéro qui résuma assez bien la situation:

La dernière soirée de Grnd Gerlande fut ce qu'elle devait être : 18 
groupes, 13 heures de musique, 1080 litres de bière, 1000 personnes 
selon les organisateurs pessimistes (1500 selon ceux qui croient encore 
en l'animal humain), 8 enfants conçus dans la pénombre, une petite 
dizaine d'organisateurs épuisés, zéro mort. Un peu émus, le rouge aux joues, on vous
dit MERCI. Le lendemain, on a démonté toute la salle entre 14h et minuit.
On
 a reçu pas mal de commentaires sur le fait que les Nuits Sonores 
se sont déroulées à côté, voire à l'intérieur, des anciens locaux de GZ. Comme
 on était sensés dégager au 30 avril, le Grand Lyon a décidé 
de leur lâcher tout le bâtiment du 1er au 15 mai. On a 
ensuite discuté avec les NS pour conserver une partie des locaux, ils n'ont
finalement investi que le rez de chaussée. On pensait qu'ils y établiraient leurs
bureaux, mais beaucoup nous ont fait remarquer que la
 salle de concert du bas de Grnd Gerland, celle là même pour laquelle le
 Grand Lyon nous menaçait d'expulsion il y a deux ans, a en fait servi de bar VIP
aux Nuits Sonores. Oui, à nous aussi ça nous a fait bizarre, et vos témoignages de
soutien sont très mignons, merci.


0003 0008 0009 0013 0016 0017 0020 0023